Voyance et psychanalyse

Description de Voyance et psychanalyse selon l'écoute imaginaire

Voyance et psychanalyse : Selon l'approche de l'Écoute Imaginaire

La psychanalyste Élisabeth Laborde-Nottale va plus loin en proposant une théorie permettant d'expliquer non seulement les phénomènes télépathiques mais aussi la voyance. Pour avancer cette hypothèse, elle utilise le mot “scopème” pour qualifier l'entité signifiante reconnue lors d'une voyance. En général, le voyant perçoit l'information qu'il reçoit comme étrangère à lui-même.

La perception des scopèmes, tout à fait inconsciente, commencerait à mon avis dès le début de la vie de l'être humain (déjà dans l'utérus), mais deviendrait de moins en moins utile au cours de la maturation du bébé. Elle se poursuivrait par la suite, naturellement et toujours de façon inconsciente, mais prendrait moins d'importance au fur et à mesure que le bébé accéderait à une autonomie et à ses capacités d'autoprotection [...] À partir du moment où l'enfant peut se représenter par lui-même les dangers, il n'a plus besoin de la prothèse de la pensée maternelle. Tout au long de l'évolution qui conduirait l'enfant à une pensée autonome, à la capacité d'interpréter ce que ses propres sens lui révèlent, les impressions de scopèmes maternels deviendraient secondaires pour lui et pratiquement inutiles. Il continuerait probablement à pressentir inconsciemment sous forme de scopèmes des quantités d'informations qui ne deviendraient conscientes que dans certaines situations exceptionnelles.

Laborde-Nottale ajoute encore : “Un des états qui rendrait ces perceptions de scopèmes conscientes serait l'altération du sentiment de l'identité...” Cette hypothèse expliquerait pourquoi les magnétiseurs remarquèrent qu'après de nombreuses passes magnétiques, le client pouvait développer une certaine aptitude intuitive. Les passes magnétiques apportent une détente tellement grande que le corps ne ressent plus sa pesanteur physique. La limitation que la conscience ressent par l'identification à son corps physique n'existe plus, permettant ainsi d'avoir accès à des informations provenant d'autres sources que son monde intérieur.

Mme Laborde-Nottale avance également l'idée que ce que le clairvoyant perçoit est une interrelation de liens non logiques sur son client, sous forme d'informations plus ou moins conscientes, et qu'il ordonne ensuite pour en faire une histoire logique. Le client reçoit ce scénario comme étant plausible puisqu'il reconnaît certaines informations comme lui appartenant.

Je ne puis être en accord avec Mme Laborde-Nottale. Durant mes dix années de pratique et d'enseignement de l'Écoute Imaginaire, j'ai observé coup sur coup que ces interrelations qui apparaissent sans logique contiennent au contraire une logique intelligente et extrêmement riche. Je crois que c'est le manque de compréhension des mécanismes de l'inconscient et de l'imaginaire qui font que de nombreux soidisant clairvoyants, effectivement, se retrouvent à inventer des histoires sur leurs clients à partir des perceptions floues et décousues qu'ils reçoivent. Compte tenu qu'il n'existe aucune structure professionnelle permettant de contrôler la qualité d'un clairvoyant, il est possible que Mme Laborde-Nottale ait travaillé avec des apprentis. D'ailleurs, le fait que ces clairvoyants soient orientés vers la prédiction de l'avenir rend évident leur manque de compréhension des mécanismes intuitifs. Selon moi, un intuitif peut percevoir le potentiel d'un individu et son rôle sera de le guider dans cette direction. Celui qui prétend percevoir l'avenir ne fait que programmer l'inconscient d'un individu sans lui donner un pouvoir créateur sur sa vie.

Les recherches de Mme Laborde-Nottale sont cependant intéressantes pour expliquer le développement non volontaire de la voyance. Son hypothèse permet d'expliquer que dans de nombreux cas, l'individu dépourvu d'une solide identité développe une certaine forme de clairvoyance non maîtrisée pouvant déclencher soit un processus psychopathologique, soit un pseudo-talent. J'en conclus qu'un clairvoyant désirant améliorer ses performances doit posséder une solide identité tout en ayant l'ouverture d'esprit nécessaire pour s'ouvrir aux signaux subtils se manifestant dans son imaginaire. Pour y parvenir, il lui est donc nécessaire de suivre un apprentissage lui permettant d'atteindre des qualités professionnelles.

Extrait du livre : L’Écoute Imaginaire de Sylvain Bélanger et Fabienne Scott, Édition Quintessence, 2004
 
Copyright 2008, Sylvain Bélanger, Écoute Imaginaire, www.ecouteimaginaire.com, Montréal, Québec, Canada

Retour au lexique - Page d'accueil