Décodage biologique

Description de Décodage biologique selon l'écoute imaginaire

Décodage biologique : Selon l'approche de l'Écoute Imaginaire

Dans le décodage biologique, la maladie se crée par un conflit psychique non résolu. Pour bien comprendre comment un conflit psychique peut entraîner une maladie, il est utile de présenter un résumé du fonctionnement du cerveau :
1. Le limbique retient l'information qui l'intéresse à partir des informations que le néocortex possède.
2. Le limbique retransmet intégralement cette information aux cerveaux gauche et droit qui perçoivent cette information selon leur spécificité.
3. L'analyse de l'information de l'hémisphère droit et gauche se confrontent grâce au corps calleux.
4. Il en résulte une action sur l'extérieur et une adaptation de l'organisme en vue de cette action.
5. Le limbique enregistre cette action selon le schéma “échec” ou “réussite”, lequel se manifeste de la façon suivante :

J'ai déjà connu dans le passé une situation semblable qui s'est soldée par une réussite. Cette expérience a été mémorisée dans le limbique avec une émotion positive. C'est pourquoi aujourd'hui, je suis sûr de moi. Cette assurance met en route un système physiologique qui soutiendra toute mon action : le Système Activateur de l'Action. Le schéma échec va entraîner la réaction suivante : J'ai déjà connu dans le passé une situation semblable qui s'est soldée par un échec. Elle a été mémorisée dans mon cerveau limbique assortie d'une émotion déplaisante. J'en garde un mauvais souvenir. C'est pourquoi aujourd'hui, je me sens démuni. Ce manque d'assurance met en route un autre système physiologique qui inhibe mon action : le Système Inhibiteur de l'Action.

L'événement, qu'il soit perçu comme une réussite ou un échec, sera mémorisé à long terme. Le cerveau limbique, au besoin, ira puiser dans sa mémoire pour réactualiser ce souvenir afin de produire une nouvelle action. Il pourra toutefois tenir compte de l'expérience vécue précédemment pour mieux s'adapter à son présent. Comme il a déjà été dit, le néo-cortex impose ses informations au limbique et au reptilien. Ainsi, même si l'analyse qui a été faite par le néo-cortex est erronée, il n'est pas possible pour le cerveau reptilien de faire valoir les informations réelles qu'il reçoit du corps physique. Donc un individu qui à la suite d'une analyse du néo-cortex est convaincu d'être atteint d'une quelconque maladie peut, si cette conviction persiste, ne pas tenir compte des informations indiquant un état de santé que le cerveau reptilien pourrait transmettre, et de cette façon créer un désordre physique réel. On comprend ici que la relation psyché-corps est importante dans le processus de la maladie. Cf. SIRIM, Alors survient la maladie, Éd. Empirika/Boréal Express, 1983.

Extrait du livre : L’Écoute Imaginaire de Sylvain Bélanger et Fabienne Scott, Édition Quintessence, 2004
 
Copyright 2008, Sylvain Bélanger, Écoute Imaginaire, www.ecouteimaginaire.com, Montréal, Québec, Canada

Retour au lexique - Page d'accueil